Minco porte vitrée

Publié le par simsim

Sur cette porte vitrée dont le seuil n'est pas étanche et que Minco et le poseur ont largement bidouillé par l'ajout de cornières alu ; l'expert judiciaire a écrit dans son rapport :

fenêtres minco : expertise judiciaire

fenêtres minco : expertise judiciaire

Le document cité et intitulé : "désordres et causes expertises judiciaires" est un résumé de l'ensemble des désordres qui ont été vus au cours des différentes réunions d'expertise et que nous avons adressé à M l'expert judiciaire après la dernière réunion. Le chapitre V concernait donc la porte vitrée. Nous le reproduisons ci-dessous, légèrement modifié (les modifications sont en bleu) car en particulier nous ne publions pas les plans de conception (propriété de minco).

 

V - LA PORTE VITREE MINCO.

 

L'Expert conseil des maîtres d'ouvrage écrivait dans son Dire du 19/01/2012 : « concernant la porte vitrée (N° 003 sur bon de livraison) : je constate le problème de conception des tapées qui ne chevauchent pas les relevés latéraux de la bavette découvrant une zone dans laquelle l'eau et la neige peuvent s'infiltrer humidifiant encore une fois la structure bois. Tout ceci est visible sur le plan 535. Les maîtres d'ouvrage l'ont toujours formulé dans leurs Dires et cela avait déjà été constaté lors de la 1ere expertise.  ».

 

Les faits constatés en expertise judiciaire :

 

  • Défaut d’étanchéité du seuil dans sa configuration ossature bois.

 

  • Ceci est visible clairement sur le plan 535 «adaptation menuiserie frappe standard sur ossature bois avec seuil S60 et S90 » voir page suivante (le plan 535 daté du 28/05/2008 n'est pas reproduit ici, copyright oblige). Le recouvrement alu de la tapée devrait descendre plus bas que la remontée de la bavette afin de la recouvrir et guider l'eau dans la bavette puis au delà du revêtement extérieur.

 

  • Lors de la pose, suite à la remarque des maîtres d'ouvrage concernant ce défaut d'étanchéité, le poseur de menuiseries collera sur le seuil un morceau d'une cornière alu 30 x 30 mm (voir photos ci-dessous et suivante). Cette cornière aurait dû être utilisée pour la fixation des habillages de traverses hautes des coulissants mais le poseur ne l'a pas utilisé à cet effet. Notons qu'il a les plans de conception des menuiseries et qu'il n'a pas du bien les lire car tout ça est très clairement marqué dessus. Encore faut il savoir lire des plans ou seulement en avoir envie, en tout cas ça fait plaisir de faire appel à des pros.

 

 

minco seuil porte vitrée
minco seuil porte vitrée

minco seuil porte vitrée

  • Ceci ne résout pas le problème. Nous demandons au poseur de régler ce problème alors le commercial Minco propose de couvrir cette première cornière par une seconde de dimensions 40 x 80 mm. Celle-ci est posée par le poseur (voir photo ci-dessous).

 

minco cornières sur seuil porte vitrée

minco cornières sur seuil porte vitrée

  • Par rapport au plan 535, Minco et le poseur choisissent de superposer 2 cornières sur ce seuil offrant une vision on ne peut plus inesthétique d’ensemble. Ce produit n'est pas celui convenu à la vente et ne respecte pas les règles de l'art dans cette version modifiée qui n'a fait l'objet d'aucune étude.

  • Ce qui est le plus sidérant chez ces pros c'est qu'en opérant de la sorte Minco crée un nouveau seuil qui n'est autre qu’une bavette rapportée sur traverse basse. Elle doit donc présenter les caractéristiques du § 5.1.7 du DTU 36.5 en particulier : « comporter à ses extrémités des bouchons si elle est tubulaire, ou des joues ou relevés afin de pouvoir réaliser au droit de ceux-ci une garniture d’étanchéité… » et aussi «Dans le cas d’une bavette rapportée en traverse basse d’une porte ou d’une porte-fenêtre cette bavette doit être suffisamment rigide, fixée et étanchée pour supporter le passage des piétons sans provoquer de désordre. » Or ceci n'est pas respecté sur cette menuiserie posée, ce collage au silicone ne résiste pas au passage de personnes. Tout ceci n'est que du bidouillage infâme destiné à cacher leurs carences à concevoir des menuiseries correctes.

  • De plus, à la charge du poseur, l'habillage alu de la traverse haute est coupé trop court et ne recouvre pas entièrement l’habillage des traverses comme indiqué sur les plans Minco. (cf photo N°24 du constat d’huissier page suivante). Mais tant pis, le client va quand même l'accepter puisque c'est déjà posé et puis on va rien lui dire au cas ou il ne le voit pas ....

porte vitrée minco habillage haut

porte vitrée minco habillage haut

  • Un représentant de Minco a fait remarquer en réunion d'expertise judiciaire que le rejingot bois (positionné conformément aux plans du bureau d'études de la MOB) ne respectait pas les plans de conception Minco de part son positionnement trop avancé. Le nez de la bavette colle au rejingot alors qu'il devrait s'en dégager au minimum de 10 mm verticalement et 15 mm horizontalement.

    Le poseur de menuiseries a réceptionné les supports avant la pose.

Commentaires de M L'Expert judiciaire dans son compte rendu de réunion d'expertise :

 

« Porte d'entrée : Problème d'étanchéité au niveau de l'emboitement de la bavette inférieure, avec une découpe trop large dans les tapées latérales qui laisse un trou, entrainant un risque d'infiltration. Une nouvelle bavette a été commandée et devrait venir en remplacement. Le recouvrement est insuffisant et il semble bien que ce soit lié au positionnement du rejingot. »

 

Nous ne voyons pas en quoi le positionnement du rejingot trop en avant entraine un recouvrement insuffisant des relevés latéraux de cette bavette par l'aluminium des tapées ? Ce n'est pas ce qui a été vu en expertise.

Ce recouvrement insuffisant est visible sur les plans Minco (plan N° 535) en lieu et taille identiques à ce qui est vu sur la menuiserie posée. Le rejingot trop avancé n'a pour seule conséquence qu'une avancée trop importante du nez de la bavette alu par rapport au bardage.

Ni une nouvelle bavette ni une correction de la position du rejingot n'auront pour effet d'obtenir le recouvrement des relevés latéraux des bavettes.

 

Conclusion :

 

Cette porte vitrée, plan Minco 535 sur seuil S90, présente une erreur de conception imputable à la société Minco, entraînant un défaut d'étanchéité de la jonction seuil – tapées. De plus la mise en œuvre a été réalisée par le poseur sur un rejingot mal positionné sur le plan du BE.

 

Aucune correction satisfaisante ne pourra donc être réalisée sur cette menuiserie avec les solutions qui ont été proposées jusqu'ici par l'entreprise de pose et Minco. Il faudrait pour cela retourner la porte à l'usine, démonter les tapées et rallonger les recouvrement alu pour descendre au contact de la bavette d'appui de seuil.

 

Ce qui est proposé (sur-capotage alu) s'apparente plus à du bidouillage indigne non durable qu'à de la menuiserie respectant les règles de l'art. 

 

IMPORTANT : En réponse à nos arguments développés au cours de cette expertise judiciaire, Minco marque dorénavant sur le document technique de cette menuiserie « ATTENTION rejingot BETON OBLIGATOIRE » pour le seuil S 90.

Avec le rejingot béton les tapées alu arrivent au droit des relevés latéraux du seuil béton et il est possible d'étancher la liaison avec du silicone.

 

Constatant que l'étanchéité en partie basse n'est pas possible dans cette configuration (pose du rejingot bois) avec cette conception pour MOB , Minco en change donc la pose et demande à ce que cette porte soit posée sur rejingot béton.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L'expert judiciaire l'écrit bien : "dans le présent rapport, en l'état actuel de mes investigations, je valide totalement le chapitre V du document de synthèse". Il valide donc l'erreur de conception du seuil de "l'adaptation menuiserie frappe standard sur ossature bois avecseuil S90". Minco le sait puisqu'ils demandent d'utiliser un rejingot béton pour poser cette menuiserie. Mais Minco ne le reconnait pas pour autant, c'est du délire.

Nous on se retrouve donc avec nos couches d'alu qui s'accumulent et une menuiserie qui n'est pas celle que nous avons achetée. Ça ne gène ni Minco ni le poseur, une porte est posée, on bidouille comme on peut pour faire des corrections, c'est pas la fin du monde. De toute façon le chèque est encaissé depuis longtemps et le business continu....

 

C'est scandaleux, on se moque ici du client.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Compagnon de galère 08/02/2015 05:48

Bonjour et d'abord merci pour ce blog et votre souci du détail.

Je suis également en litige avec Minco et votre histoire me fait sentir presque chanceux. C'est franchement consternant.

Si votre litige montre clairement le manque de fiabilité de certains artisans considérés pourtant comme des professionnels, il démontre aussi l'incapacité de la justice à régler rapidement et efficacement de tel dossier.
Combien de clients se voient contraint d'accepter les travaux non conformes de "professionnels" du bâtiment peu scrupuleux, découragés par la lenteur et le coût exorbitant de la procédure judiciaire.

Si le temps vous le permet, j'aurais quelques questions plus techniques relatives à l'habillage de la porte vitrée sur laquelle je constate le même défaut de conception.
Merci d'avance...
Cordialement

simsim 13/02/2015 18:29

je vous ai répondu directement sur votre adresse email.

simsim 11/02/2015 18:48

Excellent la menuiserie pour Mob avec "souricière incorporée". C'est tout à fait ça. On pourrait en rire mais vous avez raison c'est affligeant. Dire que tout ça a été pensé, créé par des spécialistes de la menuiserie...ça fait peur. Et pire ça a été mis en oeuvre par un pro que cette souricière n'avait pas dérangé avant qu'on la lui montre. Et encore après il n'était pas plus embêté que ça, pas plus que le commercial Minco d'ailleurs. Ce poseur qui nous a fait un boulot des plus dégueu est maintenant qualibat RGE....les certifications qualité dans le bâtiment .....no comment.

Compagnon de galère 11/02/2015 06:47

Les actions des associations de consommateurs font effectivement bouger légèrement les lignes, et même si leur budget de lobbying reste bien maigrichon face à celui d'une corporation et d'une industrie comme celle du bâtiment, c'est déjà ça de pris.
Espérons que des exemples de pugnacité comme la votre et la possibilité de regroupement des personnes lésées amènent petit à petit les entreprises et artisans à plus de sérieux.

Concernant notre histoire de porte fenêtre à habillage spécial MOB avec souricière incorporée (c'est quand même affligeant quand on y pense), je ne trouve pas le moyen de vous contacter sur votre mail, peut-être en avez vous la possibilité sur l'adresse que je fournis pour laisser ce commentaire ?

A vous lire...

simsim 09/02/2015 12:10

Bonjour,

Merci pour votre message.

Vous avez parfaitement raison, la justice par son inertie et son coût ne pousse pas les entrepreneurs du bâtiment peu scrupuleux, défaillants, vers l'amélioration. Et bien sur ce sont les particuliers qui font les frais des margoulins que la justice n'effraye absolument pas. La balance de la justice ne semble pas parfaitement bien équilibrée. C'est pour cela qu'il faut être tenace quand on sait qu'on a raison, pour faire valoir ses droits.
Maintenant les choses s'améliorent un peu (même si c'est insuffisant) avec la procédure d'action de groupe qui permet de se regrouper dans une même action judiciaire. On peut aussi être défendu à plusieurs par un même avocat afin de réduire les frais.
Quand on a un litige identique, se regrouper est une bonne solution.

Bien sur je veux bien essayer de répondre à vos questions concernant cette porte vitrée que nous possédons et qui est lamentable quant à sa conception.

Cordialement